Les transformations de phases dans les solides minéraux (Victor Gabis, Martine Lagache)

Les transformations de phases dans les solides minéraux (1981) vol 1 : pp 301 – vol 2 : pp 302-646

Au cours de ces dernières années, se sont beaucoup développées les recherches consacrées aux transformations de phases dans les solides. Il,en est résulté un très grand nombre de publications, de niveau scientifique en général très élevé et donc d’un abord difficile. C’est pourquoi la Société Française de Mineralogie et de Cristallographie a jugé utile d’organiser, à Aussois. en septembre 1979. une Ecole sur ce sujet, destinée à présenter de manière aussi simple que possible. les principaux aspects de ce vaste sujet. Devant l’ intérêt manifesté par les participants (physiciens du solide, métallurgistes, chimistes, cristallographes et minéralogistes) envers les différents cours qui leur étaient faits a Aussois, il a paru utile de les rassembler en un ouvrage et c’est ainsi qu’est né ce livre. Son but est donc d’aider les chercheurs à se familiariser avec le sujet et d’offrir une mise au point aux enseignants souhaitant traiter de ces problèmes dans leurs cours. Faut-il rappeler que les transformations de phases, même restreintes au domaine minéral, recouvrent une multitude de phénomènes et intéressent aussi bien le chercheur fondamentaliste que l’ingénieur de production. Les transformations polymorphiques. les transformations polytypiques, les transformations ordre-désordre, les transformations martensitiques, les démixtions de solutions solides, les transitions verre-cristal, les recristallisations, les transitions ferroélectriques,magnétiques, supraconductrices, superfluides sont quelques uns des multiples aspects des transformations subies par les matériaux minéraux lorsqu’on fait varier la température (et/ou la pression). Pendant bien longtemps, face à cette variété de phénomènes, on s’est contenté de, dresser des constats. Puis, grâce â l’emploi de considérations de symétrie, on a réussi à dégager un certain nombre de lois communes à l’ensemble des transformations de phases. Citons, en particulier. la théorie de Landau et celle des phénoménes critiques qui s’appliquent aux transitions du 2éme ordre et rendent trés bien compte de toute une série de transitions structurales ou physiques apparemment sans aucun lien entre elles. Si les efforts accomplis par les théoriciens ont permis de formuler un cadre général à l’ensemble des* transformations de phases, ceux déployés par les expérimentateurs n’ont pas été moins importants pour cerner la nature exacte des changements de propriétés associés aux transitions de phases. La gamme des méthodes utilisées est immense. allant de la diffraction ou de la diffusion des rayonnements à de nombreuses spectroscopies, en passant par diverses mesures thermiques, magnétiques, électriques, etc … Soulignons le rôle éminent, joué par la microdiffraction des électrons et la microscopie électronique à très haute résolution qui ont révelé bien des phénomènes jusque là imperceptibles et saluons les prouesses de ceux qui ont étudié le détail des transitions de phases dans des intervalles de température extrêmement étroits.

pdf/Gabis-TransformationsPhasesvol1-SFMC.pdf

pdf/Gabis-TransformationsPhasesvol2-SFMC.pdf

Vous pouvez partager le contenu de cet article sur les réseaux sociaux